Next Music Station

Publié le par Alda

P1P2---Fermin--Next-Station.jpg

Fermin Muguruza, musicien et cinéaste

 

Pour découvrir, loin du contexte de stigmatisation régnant dans l’Hexagone,
la carte sonore des réalités musicales du monde arabe réalisée par Fermin Muguruza

 

La 8è édition des Rencontres sur les docks permettra encore une fois d’échanger et de débattre autour du cinéma indépendant, de la musique et de la danse.
Cette année, la formule proposée par le cinéma L’Atalante de Bayonne nous fera découvrir lors de  la soirée de clôture (organisée en partenariat  avec le Festival EHZ, le samedi 31 mars), Next Music Station, le documentaire de Fermin Muguruza, produit  par la chaîne Al Jazeera  sur la musique actuelle  dans plusieurs pays du monde arabe.
Voici un extrait de l’interview  de Fermin parue dans Al Jazeera.

De quoi parle la série Next Music Station ?
Comme son nom le suggère, Next Music Station a pour but de faire découvrir des pays et leur population à travers leur musique.
C’est une touchante odyssée musicale à travers le Monde Arabe. De l’Océan Atlantique au Golfe, et de la Méditerranée au point de convergence du Nil Bleu et du Nil Blanc, la série explore les rythmes éclectiques et les sons de la scène musicale actuelle dans un certain nombre de pays arabes. Le voyage musical se déroule dans différentes «stations-gare» (soit des lieux, soit des styles musicaux spécifiques).
La série fournit une cartographie musicale unique de la diversité et du riche héritage culturel de chaque pays, de chaque musicien et de chaque «gare» - où la tradition et l’innovation  vont ensemble.

Pourquoi avez-vous décidé de faire cette série ?
La musique et le cinéma sont mes passions, et je suis moi-même un musicien qui avant de devenir cinéaste avait l’occasion de faire des tournées mondiales.
C’est alors que j’ai réalisé que la musique est une façon incroyable  de rencontrer les gens et d’apprendre sur chaque culture.
Ainsi, j’avais décidé de le montrer au travers de films, en faisant des documentaires qui serviraient d’outil contre l’ignorance, car s’est seulement en connaissant et respectant les différentes cultures du monde que nous allons construire un nouveau système de relations entre les pays. Next Music Station va essayer de contribuer à cet objectif. 


  “Munduko kultura ezberdinak

ezagutuz eta errespetatuz,

herrien arteko

harreman sistema berri bat

 eraikiko dugu. ”

 

Pouvez-vous nous présenter votre parcours antérieur ?
Je suis né au Pays Basque Durant la dictature militaire de Franco. Toute forme d’expression de la culture basque était interdite à cette époque  et la langue basque, l’euskara, était sur le point de disparaître.
Au début des années 80, j’ai formé mon premier groupe de musique : Kortatu, très engagé politiquement et socialement, où j’ai commencé à chanter en espagnol avant de passer à l’euskara que j’avais commencé à apprendre.
J’ai enchaîné avec le groupe Negu Gorriak, puis, après 1998, j’ai démarré une carrière solo et je fais des tournées mondiales en tant que Fermin Muguruza, en chantant en basque et mixant différents styles musicaux.
J’ai aussi travaillé comme animateur radio et producteur musical pour ma propre maison d’édition et en 2005 j’ai fait mon premier documentaire sur l’enregistrerment de mon album dans les studios de la Famille Marley en Jamaïque  «Euskal Herria Jamaika Clash». 
En 2009, j’ai dirigé le documentaire “Checkpoint Rock. Chanson de Palestine” et en 2010 j’ai tourné les 11 documentaires de Next Music Station au Maroc, en Tunisie, en Egypte, en Syrie, au Liban, au Koweit, au Bahrain, au Yémen et au Soudan.

Pour cette série vous avez voyagé dans 9 pays Arabes. Qu’avez-vous appris sur le monde arabe à travers ce projet ?
Tout d’abord j’essaie toujours de voyager à travers le monde en laissant de côté les préjugés que les “armes de désinformation de masse” créent sur tout. Je dois quand même reconnaître que l’hospitalité a été le seul cliché qui s’est avéré complètement exact !
Après avoir visité ces 9 pays et rencontré plus de 80 musiciens, je ne peux parler du monde arabe comme étant quelque chose d’uniforme. C’est clair qu’il y a des caractéristiques communes, mais chaque pays a sa forte personnalité.
Je suis très reconnaissant à tous ces gens qui m’ont ouvert leur coeur et qui m’ont permis de connaître un peu plus sur leur vie et leur pays.
 J’ai essayé d’ être très honnête quand j’ai travaillé sur ce projet. C’est pourquoi que je peux maintenant dire que la série offre un vibrant portrait à une partie du monde auquel durant trop longtemps et encore maintenant des clichés négatifs sont associés.
La diversité et le riche héritage culturel de chaque station vont montrer une nouvelle image du monde arabe inconnue du grand public. Il faudra se préparer à découvrir un monde arabe que la plupart des spectateurs n’aura jamais vu auparavant.


La série a été tournée avant les révolutions dans le monde arabe. Aviez-vous noté que quelque chose se préparait dans des pays comme la Tunisie, l’Egypte et le Yémen ?
Un nouveau réveil arabe se jouait dans la région, jetant aux oubliettes des régimes politiques moribonds et en mettant en place un autre pouvoir. Cette série était tournée avant les révolutions, mais elle montre que même si la scène politique reste peu changée durant tant d’année, que la fibre artistique dans la région continue de fleurir !
La série montre le type d’atmosphère qui régnait avant les “révolutions”. La façon de sentir la musique et de procéder à la création artistique donne de nombreux indices, traces et options à lire entre les lignes pour entrevoir le soulèvement qui était en train de venir.


IVOICE-02.jpg


PS : Next Music Station est une carte sonore des réalités musicales du monde arabe réalisé par Fermin Muguruza. Next station Lebanon nous invite à un voyage musical au Liban pour découvrir une mosaïque de sons et de voix, bercée de musique traditionnelle et d’influences plus contemporaines (pop, rock, rap), entre Orient et Occident. La soirée de clôture des Rencontres, le 31 mars, se terminera avec un concert de Malika Lynn, jeune rappeuse libanaise et figure de la scène underground à Beyrouth.

 

ELEFTERIADES-Y-MALIKA-053.jpg

Publié dans Orotarik

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article